Au pied d'un grand fauteuil en cuir

Sur un plancher fait de bois vénitien

Un petit chien regarde dormir

Son maître en lui léchant la main

C’est le nouveau producteur

Celui d'aujourd'hui

Celui qui fait son beurre

Et l'argent de celui ci

Le producteur de disques

Ne prend plus aucun risque

Son empire

Ne semble pas prêt de mourir

Libre comme un artiste aujourd'hui

C’est être bardé de contrats de contraintes

De livres de comptes de plaintes

Contre ceux qui vendent et exploitent

Le substantifique rien

Tu te retrouveras en chien

Devant deux portes blindées

Bloquées par deux vigiles

Protégeant les intérêts

Des capitaux privés

Que tu leur auras cédé

Comme on cède à une femme

Ou comme on vent son âme

Mais pas au diable

Pas au diable

À un entrepreneur véreux

Savoir lequel importe peu

Puisque tous sont complices

D’avoir un jour poussé le viceles_nouveaux__producteur

Jusqu’à dire vas y signe là

Et ta chanson on l'entendra

Partout tout le temps

Ça fera plaisir à ta maman


Jusqu’à penser qu'il est normal

Qu’un artiste du Bengale

Et qu'un autre en Amérique

Bossent pour la même filiale

Pour une brochette d'actionnaires

Les bras croisés le cul par terre

Qui attendent et attendent

Que tombent leurs dividendes

Pour un type qui fait trembler

Le ministre des finances

En lui disant soit vous m'aidez

Soit ma boîte quitte la France

Mais vas y arrache toi

Emporte tes merdes avec toi

Emporte ton monopole

Cette sombre mafia.

Emporte toute ta coke

Tes clics et tes clacs

Personne autour de moi

Ne rêve d'une tournée à la Fnac

Pars sans payer tes dettes

On garde nos pourcentages et toi

Garde tes miettes

Au pied d'un grand fauteuil en cuir

Sur un plancher fait de bois vénitien

Un petit chien regarde dormir

Son maître en lui léchant la main

Batlik (Juste à Côté 2006 «à brûle pour point »)

Batlik: guitare tenor/ chant/ clavier/ choeurs

J.M Pelatan: basse