Tu te déguises en quelqu'un que t'es pas
tu mens et ça te grise
de croire ton cinéma

Tu te rassures avec des histoires
à la mords- moi le nœud
se resserre autour de toi

Quel parcours du combattant
que de changer constamment
que de rendre l'invraisemblable évident


Quel acharnement
mentir
même pris la main dans le sac
tu continues tu jactes tu fais semblant


T'es celui qu'a jamais dit ça
t'es celui qui comprend pas
t'es celui qui se souvient plus
de ce qu'il a dit à qui il l'a dit
(quand ou) et qui l'a cru


Quand t'improvises
dis-toi que ça se voit
que tu rames et que tu t'enlises
quand tu parles de toi

T'es comme la tour de pise
tout bancal tout penché
et chaque nouvelle version te sert
à ne pas tomber

Qu'est-ce qui t'oblige
de quoi t'as peur
et quand est-ce que tu piges
que t'es qu'un mauvais menteur

Change de disque et de partition
arrête de fanfaronner
c'est la bonne direction
vers la tranquillité

T'es celui qu'a jamais dit ça
t'es celui qui comprend pas
t'es celui qui se souvient plus
de ce qu'il a dit à qui il l'a dit
(quand ou) et qui l'a cru

Batlik : Guitare / Chant
Jean Marc Pelatan : Basse
Sébastien Brun : Batterie
Nicolas Brûche : Trompette

"L'art des choix" - 2010
A brûle pourpoint

pour les "facebookiens", cliquez sur le lien « Afficher le message d’origine »
édité pour la première fois le 6 juin 2010